Un puzzle pour initiés

Un puzzle pour initiés

Le remontage des ornements de la Grande châsse est un processus long et minutieux. Chaque relief, chaque plaquette, chaque fragment doit retrouver son emplacement d’origine. Les ornements se superposent et l’organisation des décors impose un ordre de remontage strict aux restaurateurs. Pendant quelques instants, les mêmes gestes pratiqués 800 ans plus tôt par les orfèvres médiévaux sont répétés.

Plantage des clous à l’aide d’un bâtonnet en bambou – Crédit photo Bernard Hallet

Avant d’être refixé, chaque ornement est positionné par des épingles. Il faut parfois contraindre la pièce de métal pour qu’elle retrouve sa position. Les clous sont alors replantés un à un dans l’âme de mélèze. Ceux-ci n’ont rien perdu de leur vigueur, le clou « mord » et l’assemblage est solide. Parfois un ornement avait été monté à l’envers, un clou oublié, ou une fine surface du bois laissé visible. Lors de la restauration, ces particularités sont conservées, on ne « corrige » pas ce qui pourrait être considéré à tort aujourd’hui comme des imperfections.

Plaquette niellée montée « à l’envers » avec, à sa gauche, une zone où le bois est visible.

Positionnement d’une bordure en argent avec des épingles avant le clouage.

Tout au long du remontage, le travail des restaurateurs a été documenté. Voici une vidéo en accéléré pour découvrir quelques moments du remontage d’une face de la Grande châsse de saint Maurice :

Laisser un commentaire