Lever le voile du ternissement par l’électrochimie

Lever le voile du ternissement par l’électrochimie

L’un des gros travaux pour les restaurateurs concerne le nettoyage du ternissement de l’argent recouvrant les tôles d’argent de la Grande châsse de saint Maurice. Ce voile foncé s’est formé en surface en raison de la manipulation du reliquaire par les religieux et les fidèles (formation de chlorure d’argent (AgCl) provoquée par la sudation des mains) ainsi que par la présence de vapeurs soufrées dans l’atmosphère (formant du sulfure d’argent : Ag2S). Lors du démontage de certaines pierres serties, on voit distinctement le contraste entre les surfaces exposées ou protégées comme on le voit ici sous une améthyste.

Pour redonner son éclat d’origine à la Grande châsse, les conservateurs-restaurateurs appliquent des techniques de pointe. Développé en partenariat avec la Haute Ecole Arc de Neuchâtel, le Pleco – un pinceau électrolytique open-source – permet de réaliser des traitements électrochimiques localisés. Cet outil sert à réduire la couche oxydée en argent métallique. De la sorte, ni abrasion, ni emploi de produits acides ne sont nécessaires, ce qui garantit un traitement durable tout en préservant les traces de fabrication et d’usage lisibles en surface.

Chaque zone nécessite entre 20 et 120 secondes de traitement pour que la réduction soit complète. Si l’on reporte cette application à l’ensemble à l’ensemble des reliefs de la Grande châsse, les restaurateurs s’attendent à une année de traitement. Au travail donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*